La perfidie humaine

Publié le par Aïda

Corrida-Nimes-17-09-04--6-.JPG

 

 

Cette image vient d'une corrida à Nîmes en 2004.  Vous voyez la souffrance du taureau, le picador a plongé sa lance de fer dans son dos, le sang ruissèle.  Le pauvre taureau s'attaque à l'être le plus proche, en l'occurrence le cheval du picador.  Le cheval est couvert par une sorte de protection, mais cela ne le protège pas toujours, et il arrive parfois aux chevaux d'être étripés par les cornes des taureaux.  Avant qu'il soit obligatoire de mettre de la protection sur le cheval, presque tous les chevaux étaient étripés.  Hemingway, le "grand" auteur, adorait voir les chevaux marcher dans leurs propres intestins.  Il n'était pas le seul, non plus, car beaucoup d'aficionados ont protesté contre la protection des chevaux de picador. 

 

Pour montrer votre solidarité avec les chevaux de picador et les taureaux, venez le 30 mars à la conférence-débat des Vaches rouges:

 

Faculté de droit, amphi Trudaine, bd Mitterrand, Clermont-Ferrand

17h30 mercredi 30 mars

Publié dans actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lesanimauxmaltraites.over-blog.com 19/03/2011 18:26


Peut-on vraiment être .. fondamentalement bon... si l'on recherche un tel "spectacle"?
Je ne fais qu'un effet de style en posant cette question, car la réponse s'impose d'elle-même et c'est fondamentalement ... NON!